La communauté oblate de Songololo au complet, pour “persévérer dans la vocation”

Le dimanche 30 septembre, les deux nouveaux vicaires de la paroisse saint Joseph de Songololo, dans le diocèse de Matadi (Kongo-central), ont participé à leur première concélébration eucharistique : les pères Modeste Tembo et Claude Lukuba, venus respectivement des communautés oblates de Kikwit et de Panu. Le supérieur provincial des Oblats, le père Joseph Ntumba, a présenté les nouveaux membres de la communauté de Songololo. Ils rejoignent le curé de la paroisse, le père Berthier Eyer.

Le samedi 29 septembre, de Kinshasa, le supérieur provincial a accompagné les deux nouveaux missionnaires. Le père Eyer et le conseil paroissial les attendaient.  Tous ont aussitôt gagné l’église pour remercier le Seigneur. Ils ont notamment récité la prière de saint Eugène de Mazenod “pour persévérer dans sa vocation” (Lire ci-dessous).

  

 

 

Prière pour persévérer dans sa vocation

Dieu tout-puissant et éternel, vous avez daigné m’appeler, sans aucun mérite de ma part, mais par l’effet de votre seule miséricorde, à faire partie de la Congrégation de l’Immaculée Vierge Marie.

Je vous en supplie humblement, par les mérites et le sang précieux de notre Sauveur, par l’intercession de la bienheureuse Marie conçue sans péché et de mes autres saints patrons, accordez-moi la grâce d’être fidèle à cette sainte vocation.

Qu’aucun effort de l’ennemi ne l’affaiblisse, que la chair ne la corrompe, que l’amour de mes parents et les conseils des miens ne m’en détournent ; que la crainte des difficultés ne me retienne de la suivre, que la vanité du monde ne m’en écarte, que la perversion de la société ne la trouble, que mes propres passions ne l’entravent, que l’épreuve ne la brise, que la tentation du diable ne l’égare.

Et puisque vous m’avez donné la grâce de vouloir, donnez-moi celle de pouvoir, et de réaliser cet idéal de la façon qu’il vous plaira.

Donnez-moi en particulier, ô Dieu très bon, les dispositions requises dans ce but, une confiance filiale à l’égard de mes pères spirituels, afin que, jusqu’à une fin bienheureuse, pour mon salut, pour celui des âmes des autres et surtout pour votre gloire, je puisse travailler sans défaillance.  Amen.

(Saint Eugène de Mazenod, vers 1840)

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*