Assemblée provinciale d’avril 2021 : Mot d’ouverture du supérieur provincial

Nul n’ignore les raisons de notre rassemblement de ce soir. Nous sommes venus de différents horizons de la Province et nous voulons, par notre présence en ce lieu, exprimer notre volonté de cheminer ensemble en tant que corps missionnaire et famille religieuse. Je vous remercie tous d’être venus et surtout d’avoir répondu à notre appel. Vous avez bravé les obstacles et les conditions difficiles de voyage pour être présents à ces assises. Votre sens de sacrifice et d’abnégation n’est plus à démontrer.

Il y a trois ans, en effet, nous répondions au rendez-vous de ce genre, et notre Supérieur général, le Père Louis Lougen, nous avait bien honorés avec sa présence.

Vous constatez donc avec moi que tous les trois ans, la Province se réunit en Assemblée provinciale. Pour plusieurs d’entre nous, l’Assemblée provinciale se définit essentiellement comme un lieu de rencontre fraternelle et de concertation. N’étant pas une instance de décision, elle reste, cependant, un cadre adéquat de dialogue et d’échanges mutuels. Elle est une instance particulière ou un moyen efficace qui permet à tous les membres de la Province de s’exprimer, de participer à la gestion de la province, au discernement et à la maturation de certaines décisions pour le bien de tous. La recherche commune de solutions concertées demeure l’un des objectifs poursuivis par une Assemblée provinciale.

C’est dans cet esprit de collaboration, de concertation et de recherche commune de la volonté de Dieu que l’Assemblée provinciale de mars 2018 avait été accueillie et vécue comme un moment de renouvellement et d’engagement. Elle nous avait ainsi permis d’élaborer une vision commune, de préciser notre mission dans le contexte actuel de la société et de l’Eglise et de nous imprégner de quelques valeurs en vue d’une transformation réelle et effective de notre être religieux et missionnaire.

Trois ans après, il est important de nous arrêter un moment et de nous évaluer. Voilà pourquoi les cinq jours de la retraite qui ont précédé ces assises ont été conçus comme un temps de préparation et de projection. Il revient à chacun de s’auto-évaluer et de se projeter dans l’avenir. Ce travail important d’évaluation devra partir de la synthèse des résolutions de l’Assemblée provinciale de mars 2018. A l’issue de cette Assemblée, des affiches avaient été élaborées et données à chaque communauté. Trois ans après, il est urgent de pouvoir nous arrêter et de nous demander : « Où en sommes-nous ? Qu’avons-nous prévu, qu’avons-nous réalisé, qu’est ce qui n’a pas été fait et pourquoi ? Telle est, à mon avis, l’approche pour cette Assemblée qui doit nous permettre de baliser les nouvelles options du triennat déjà en cours. Le pragmatisme devra être un fil conducteur pour cette Assemblée.

En marche vers le centenaire de la Province, il est également urgent d’imaginer, au cours de ces assises, les nouvelles pistes missionnaires à explorer pour un plus grand rayonnement du charisme oblat dans notre Province. La célébration, en juillet prochain, des quatre-vingt-dix ans de notre présence missionnaire au Congo et plus particulièrement dans le diocèse d’Idiofa se situe dans ce cadre. Il est important de noter que cette célébration est une opportunité qui nous permet de faire mémoire de notre histoire, d’affronter le présent avec détermination et d’envisager l’avenir avec optimisme.

N’ayons pas peur, ne cédons pas au découragement. Soyons entreprenants, actifs et créatifs. L’avenir de la Province est entre nos mains. Il nous appartient donc de bâtir la Province et de nous prendre en charge. Ne pensons pas que quelqu’un viendra encore de la Belgique pour construire la Province. Ce temps est révolu. Depuis 1992, le leadership de la Province est entre nos mains. Quelqu’un qui a 90 ans n’est plus un enfant. C’est un grand-père. La province a l’âge d’une grand-mère. Désormais, elle n’est plus une jeune Province. Elle est tout simplement une Province, capable de se prendre en charge, de former son personnel et de se donner des moyens de sa pastorale. Je vous invite donc à l’esprit d’entreprenariat et de créativité.

Je souhaite que cette Assemblée soit réellement un cadre de dialogue, de concertation et d’échanges fraternels.

Ainsi, je déclare ouverts les travaux de l’Assemblée provinciale d’avril 2021.

P. Joseph Ntumba