Homélie du cinquième dimanche de carême par le père Basile Obieje

Méditation :

« JE VOUS FERAI SORTIR DE VOS TOMBEAUX » : MESSAGE D’ESPÉRANCE POUR NOTRE MONDE


1) Cette lecture placée aujourd’hui nous rappelle l’approche des fêtes pascales. Donc, le récit de l’Évangile est une préfiguration de la résurrection de notre Seigneur Jésus Christ, de notre résurrection, et même la mort et la résurrection vécues en traversant les eaux du baptême. Notre méditation parlera justement de la résurrection mais dans le contexte actuel que vit notre monde car je sais que beaucoup d’entre nous ne sont pas allés à l’Eglise aujourd’hui puisque confinés.
2) Avant d’aborder les lectures d’aujourd’hui, je voudrais que nous jetions un regard survolant sur les premières lectures quotidiennes de cette semaine qui venait d’écouler hier : lundi, le Seigneur dit : « Oui, voici je vais créer un ciel nouveau et une terre nouvelle… » (Isaïe 65,17-21) ; Mardi, le prophète Ezéchiel (47,1-9.12) parle de la vision de l’eau qui sortait du temple pour tout assainir et revivifier ; C’est comme si c’est la création du ciel nouveau et de la terre nouvelle qui commence. Après l’Annonciation le mercredi, Exode 32,7-14 nous raconte, jeudi, l’infidélité d’Israël, la colère de Dieu qui décide de l’exterminer et l’intervention de Moïse pour calmer Dieu. Vendredi (Sagesse 2, 1a.12-22) et samedi (Jérémie 11, 18-20) parlent du complot contre le(s) juste(s) et la prière du prophète Jérémie pour invoquer la vengeance de Dieu. On a l’impression d’avoir devant soi une courbe qui commence par une promesse d’un monde nouveau qui va vers sa réalisation mais qui finit par un sabotage qui s’exprime par la persécution des justes par les impies.
3) Encore aujourd’hui, le Seigneur nous fait une promesse dans la première lecture : « je vous ferais sortir de vos tombeaux. » C’est un message d’espérance. Tombeau est un lieu de confinement pour toujours où le corps est destiné à pourrir. Personne ne peut se sauver une fois enterré. C’est une chose inimaginable de reprendre vie après l’enterrement. C’est pourquoi il n’y a que le Seigneur qui pourrait le faire et il affirme : « vous saurez que je suis le Seigneur. » Jésus, en tant que Seigneur, nous montre l’exemple en ressuscitant Lazare après 4 jours. Chez les juifs, après 3 jours d’enterrement, la personne est considérée complètement partie. Mais Jésus a prouvé le contraire. Oui, c’est l’œuvre de Dieu, Merveille devant nos yeux. Cette résurrection peut être considérée comme la préfiguration de tout ce que nous avons souligné dans le premier paragraphe.
4) Dans notre contexte actuel, beaucoup sont confinés et, ne pouvant pas aller à l’Eglise, ils vivent dans le désespoir et s’interrogent : « n’est-ce pas une punition de Dieu pour notre monde qui s’éloigne davantage de Lui? » En réalité, nul ne peut prétendre répondre à cela mais c’est une hypothèse à ne pas rejeter du coup. Que cette interrogation nous rapproche davantage de Dieu. Les maîtres spirituels nous enseigne que pour un croyant, rien ne se passe pour rien, chaque évènement est porteur de message. Le pire c’est que nul ne sait combien de temps ce confinement durera. Mais le Seigneur nous rassure qu’il interviendra d’une façon que nous ignorons et c’est pourquoi nous serons étonnés et nous reconnaîtrons sa seigneurie. Le message c’est que nous ressusciterons, nous sortirons de nos tombeaux, les confinements finiront bientôt. Dieu guérira notre monde ; nous ressusciterons avec le Christ. La question est : Est-ce que notre monde est capable de comprendre ce message ? Sommes-nous prêts à nous changer ? Le ressuscité est celui qui ne vit plus sur l’emprise de la chair (un vrai converti en esprit et vérité). C’est ce que Paul explique aux Romains dans la deuxième lecture. Ne regardons pas d’abord les dirigeants mais commençons par nous-mêmes.
5) Plus de crainte ! C’est le meilleur des carêmes ! Il est vrai que nous sommes parfois comme les impies qui empêchent ce monde nouveau que le Seigneur veut créer mais le carême est un temps où nous sommes invités à la conversion et à la pénitence. Confinés dans nos maisons, nos familles sont appelées à devenir « l’Eglise en miniature » ; de nos chambres nous sommes appelés à faire pénitence pour nous-même et pour notre monde : prière personnelle et en famille intensifiée, les chemins de croix, Méditation de la parole de Dieu, l’introspection réelle, l’envi de la messe ; Bref, construction d’une spiritualité personnelle profonde. Pendant ce temps de confinement, partageons avec toutes ces familles qui ne vivent que par les ventes et profits quotidiens.
6) Que le Seigneur nous sauve de cette situation ; qu’Il nous donne de nous rapprocher davantage de Lui en nous accordant la grâce de reconnaitre notre petitesse car, même si on trouve le médicament contre cette pandémie demain, nous savons que jusqu’ici tout ce que nous avons comme science et technologie a échoué face à un organisme que nous voyons à peine avec le microscope (MICRO-ORGANISME) ; et qu’Il nous fasse ressusciter pour désormais vivre en hommes nouveaux dans un monde corrigé. AMEN.


©#Uko_EbubeChukwu_OBIEJE