Le 17 février, la famille mazenodienne de Kinshasa a fêté les Constitutions des Oblats

Les membres de la “famille mazenodienne” de Kinshasa se sont réunis dans l’après-midi au scolasticat saint Eugène de Mazenod de Kinshasa-Kintambo, le dimanche 17 février, jour du 193ème anniversaire de l’approbation des Constitutions et Règles des Missionnaires oblats de Marie Immaculée par le pape Léon XII. La Famille comprend les Missionnaires oblats de Marie Immaculée (O.M.I.) mais aussi les associés laïcs membres de l’Association Missionnaire de Marie Immaculée (A.M.M.I.) et de l’institut séculier des Coopératrices Oblates Missionnaires de l’Immaculée (C.O.M.I.).

Le père Augustin Mulele, canoniste, a animé un temps d’échange et réflexions sur les Constitutions et Règles.

Le supérieur provincial du Cameroun, le père Edouard Dagavounansou, a aussi pris la parole, après la rencontre des supérieurs majeurs de la sous-région francophone oblate d’Afrique-Madagascar, qui vient de se tenir ici à Kinshasa. Le père Dagavounansou a donné un compte rendu de la rencontre, insistant sur l’organisation commune des maisons de formation de Kinshasa (théologie) et de Yaoundé (philosophie). Il a loué les efforts de la “consolidation”. Il a invité les jeunes oblats du Nigeria, du Sénégal, du Cameroun, du Tchad, de la RDC et de l’Angola à comprendre leur formation à la mission comme une formation à vivre l’interculturalité. “L’interculturalité a un prix, mais ce prix doit être surmonté pour considérer ce qui nous est commun”, a-t-il dit.

En répondant aux questions, le père Dagavounansou a encouragé la présence et la collaboration des laïcs associés à la vie et à la formation des Oblats, notamment dans le domaine de la prévention contre les abus, comme l’Eglise et la congrégation le recommandent de plus en plus aujourd’hui.

La vice-présidente et présidente ad interim des Associés laïcs, Florence Mogbekuma, a porté son témoignage dans l’accompagnement d’un jeune oblat. Et Marcelline Kitenge a remercié pour la réflexion sur les Constitutions, qui lui permet de réfléchir désormais comme citoyenne congolaise sur la Constitution de son pays.

La famille mazenodienne s’est retrouvée ensuite dans la chapelle pour l’eucharistie présidée par le responsable oblat du district de Kinshasa, le père Prosper Ndjoli, en présence de Mgr Louis Mbwol, évêque émérite d’Idiofa, doyen d’âge des Oblats congolais. Le vicaire provincial du Congo, le père Blaise Phola, a donné lecture de la lettre du Supérieur général, le père Louis Lougen, adressée à toute la famille pour le 17 février. La lettre porte sur les abus sexuels. Le sujet n’est pas agréable à entendre un jour de fête, mais il le faut bien au nom de l’appel à la sainteté, conclut le message.

Dans la prière universelle, une intention a fait mémoire de Désiré Baere, président de l’Association des laïcs, décédé l’année dernière.

Comme supérieur majeur, le père Edouard Dagavounansou a reçu la rénovation des voeux des membres de l’assemblée.

La journée s’est clôturée par un repas fraternel offert dans la cour du scolasticat.

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.