Le père Basile Obieje à la prison de Kikwit

Ma première messe en 2020 était avec les prisonniers de Kikwit. Ils étaient très contents et poussaient des cris à chaque fois que je parlais en kikongo.

On a fait du bruit au point que ceux qui n’étaient pas à la messe venaient voir. A partir de la première lecture, je leur ai redonné l’espoir pour l’an 2020 et ils hochaient la tête quand je parlais de péché et de résolution à prendre pour bénéficier des bénédictions promises.

Bref, je leur ai dit de ne pas perdre espoir, qu’ils considèrent la cause de leur emprisonnement comme une erreur à corriger en cette année. Je les ai rassurés que 2020 est une année de bénédiction s’ils croient et confient leur situation à Dieu. Ils criaient AMEN AMEN…
Mais enfin, ils me demandaient de l’aide mais je n’avais rien. Portons-les dans la prière.