Le rôle du formateur dans la vie consacrée

 
Voici le résumé du mémoire défendu le 30 novembre par le père César-Eugène Balemo à l’Institut de spiritualité et de formation religieuse de l’Université Catholique d’Afrique de l’Est à Nairobi au Kenya. “The role of the formators in the personal development of oblate scholastics in Kinshasa”.
 
Dans la théologie et la spiritualité de la formation religieuse, les différentes étapes de la formation ont une importance primordiale dans le développement personnel des religieux. S’engager consciemment dans le programme de formation, identifier les différentes dimensions des défis et les gérer font tous partie du processus, aucune énergie et aucun effort n’est gaspillé lorsqu’ils sont investis dans le domaine de la formation première et de la formation continue des religieux ; c’est là que réside le mérite de cette étude.
 
Dans cette étude, le chercheur met en évidence le rôle du formateur dans le développement personnel des religieux scolastiques. Il espère que les résultats aideront les formateurs et la fraternité religieuse à comprendre le rôle important joué par les personnes chargées des maisons de formation, en particulier dans les Scolasticats.
 
De ce fait, l’étude s’est principalement concentrée sur la nature de la relation qui existe entre les formateurs et les formés et les défis rencontrés dans ce processus de la maturation religieuse. Il s’agit d’une évaluation du rôle du formateur en tant que guide spirituel et des influences que le formateur exerce sur la croissance personnelle des formés dans l’institut.
 
L’étude a été guidée par la théorie du développement de la foi de John Westerhoff qui soutient que chaque personne a un potentiel inhérent de changement, de croissance et de réalisation de soi en faisant confiance aux autres, à soi-même et au monde. Le chercheur a utilisé la méthode parallèle convergente pour recueillir, analyser et interpréter les données quantitatives et qualitatives à partir de questions et d’un guide d’interview.
 
Les résultats ont démontré que le rôle des formateurs est le centre de gravité du développement personnel des formés (scolastiques). La majorité des répondants ont convenu que les formateurs, en tant que guides spirituels, doivent aider les candidats à entrer en contact avec Dieu. C’est pourquoi le formateur doit acquérir les compétences et les ressources pour ce ministère si important de l’Eglise.
 
Cette étude a donc recommandé que les formateurs se préoccupent de la croissance personnelle et de la maturité des scolastiques sans violer leur liberté. Donc, le formateur est appelé à être un mentor qui encourage et met au défi, ce qui crée une bonne atmosphère de confiance entre formateurs et formés.