Les missionnaires oblats desservent la sous-paroisse saint Hubert de Kinshasa-est

Les fidèles de la sous-paroisse saint Hubert de la paroisse saint Jacques, dans l’est de l’archidiocèse de Kinshasa, non loin du cimetière de Kinkole et du centre militaire de Kibomango, ont vu pour la première fois sept prêtres concélébrer sous la tente dressée chaque dimanche en guise d’église. « Il nous arrivait de passer six mois sans messe », révèle Jacques Mutuona, député honoraire.

Et le dimanche 8 novembre, le supérieur provincial des missionnaires oblats de Marie Immaculée, le père Joseph Ntumba, et cinq confrères ont concélébré, au cours de la messe présidée par monsieur l’abbé Gratien Mulumba, premier depuis septembre dernier, vicaire sortant de la paroisse saint Jacques. « Les chrétiens ont soif de Dieu, soif de la prière », confie-t-il.

Le cardinal Fridolin Ambongo, archevêque de Kinshasa, a confié aux missionnaires oblats de Marie Immaculée, cette sous-paroisse de la périphérie… Le secrétaire de la sous-paroisse, John Munsi, est à la joie. Il révèle que la paroisse existe depuis 14 ans et que c’était une souffrance de ne pas avoir de prêtre.

La joie est aussi immense pour sœur Madeleine Mukono, supérieure de la communauté des Sœurs trinitaires de Valence, installée depuis trois ans à saint Hubert. « Vous allez maintenant nous nourrir », a-t-elle confié aux missionnaires oblats, en guise d’accueil.

Frédéric Leke, inspecteur de l’enseignement, dit compter sur les missionnaires oblats, qu’il dit connaître et qui vont « nous développer », attend-il.

Enfin, le député honoraire Jacques Mutuona révèle aussi que bien des fidèles catholiques ont manqué de patience. Ils ont rejoint des Eglises de réveil bien proches ou sont allés vers une « Eglise catholique libérale », attirés qu’ils étaient par le mot « catholique ».