Les supérieurs majeurs de la Sous-Région francophone oblate se sont réunis à Kinshasa

Ils sont venus de Madagascar, du Sénégal, du Nigéria, du Cameroun, d’Angola et de la RDC. Du 11 au 14 février, les supérieurs de Provinces, Délégations ou Missions et les économes ont tenu une rencontre dans la maison provinciale oblate de Kinshasa.

Comment mieux organiser les deux maisons de formation internationales de Kinshasa (RDC) et de Yaoundé (Cameroun) ? A Kinshasa se forment les étudiants en théologie, et à Yaoundé, ceux du cycle de philosophie. Comment assurer les meilleures conditions de vie pour les futurs missionnaires oblats d’Afrique francophone ?

Les échanges ont porté aussi bien sur les statuts que sur les finances des maisons de formation dites “consolidées”.

La question est capitale parce que, au dire du père Louis Diedhou, supérieur de la Délégation du Sénégal, les oblats sont une congrégation missionnaire, et les jeunes religieux africains doivent être formés dans de meilleures conditions afin d’assurer un service missionnaire valable à travers le continent et au-delà. Le Sénégal bénéficie déjà de la présence missionnaire de quatre Congolais, un Nigérian et un Camerounais.