Père Apollinaire Munsintoto : “Parcours de la vie missionnaire”

Le père Apollinaire Munsintoto a été ordonné prêtre le 6 août 1989. Le 16 septembre dernier, à Kinshasa, il a célébré, en anticipant, son jubilé de trente ans. Le “parcours de la vie missionnaire” présenté à cette occasion rappelle, notamment, ses débuts dans le diocèse d’Isangi. Il est, depuis 2015, curé de la paroisse saint Eugène de Mazenod de Lozo et préfet des études de l’Institut Lozo. Voici un extrait de son témoignage.

C’est depuis 1988 que je suis au service du grand-prêtre. J’ai commencé les premières années de ma vie missionnaire à Opala, dans la province de la Tshopo, situé à 250 km de Kisangani, dans le diocèse d’Isangi, avec Mgr Louis Mbwol comme évêque. Et là, j’avais rencontré les pères Hendrick Koen, Gérard Delbeke et Modeste Tembo.

A Opala, nous avons vécu et travaillé avec les peuples Bambole, Tokope, Lokele et Mongo. Ce qui m’avait frappé et marqué chez ces peuples, c’est leur sens de l’accueil, leur foi et leur respect. Quand un prêtre allait visiter un village, c’est pratiquement tous les autres villages du voisinage immédiat qui venaient à sa rencontre. La soirée était dansante, animée par des chants religieux, et le dimanche, après la messe suivait le grand lipati, la grande fête pour tous.

En effet, ce sont des gens qui m’ont marqué dans mes premiers moments du sacerdoce. Il nous arrivait parfois de constater l’absence des chrétiens dans plus d’un village. Tout le monde était païen. On constituait alors, avec le père Hendrick Koen, des Communautés ecclésiales vivantes de base (CEVB) de païens. Parmi ces derniers, nous choisissions ceux qui savaient lire et écrire, pour former le comité, à qui nous remettions la Bible et d’autres livres catéchétiques pour enseigner la Parole de Dieu. Et nous-mêmes aussi, nous faisions la catéchèse pour susciter la foi et former des communautés chrétiennes.

J’ai passé cinq ans à Opala comme cofondateur et professeur de l’Institut Yaiso qui est devenu un grand collège de la contrée.

En 1993, je partais d’Opala pour Idiofa au Kwilu, nommé formateur au prénoviciat des Oblats avec le père Valère Eko et enfin curé de la paroisse saint Lwanga.

En 1997, je suis affecté dans la paroisse saint Eugène de Mazenod de Lozo comme vicaire, professeur de l’Institut Lozo et supérieur de cette communauté. C’est là que nous surprendront les fameux évbénements de l’entrée des soldats rebelles de l’AFDL qui nous firent déserter la paroisse pour passer tout un mois dans le maquis au village de Lozo. En l’an 2000, je suis nommé d’abord vicaire puis curé de la paroisse sainte Thérèse de l’Enfant Jésus de Dibaya-Lubwe.

Le dimanche 26 juin 2016, lors de la célébration des 50 ans de la paroisse saint Eugène de Mazenod de Lozo.