Une messe pour le Chapitre général des Soeurs de la Sainte Famille de Bordeaux

Le supérieur provincial des Oblats, le père Joseph Ntumba, a présidé la messe, le dimanche 21 novembre, dans la chapelle des Soeurs de la Sainte Famille de Bordeaux, à Kinshasa-Kingabwa. Le mardi 23 novembre s’ouvrait à Rome un Chapitre général des religieuses. Des déléguées de la RD Congo y participent en visioconférence.

Le père Ntumba a ainsi rappelé l’importance d’un Chapitre général pour une congrégation. Il a surtout souligné l’importance de l’actuel moment pour les Soeurs de la Délégation du Congo devenue depuis peu la “Province du Congo et du Burkina-Faso”. Ce nouveau statut juridique impose une responsabilité et un appel à la maturité, a-t-il martelé.

La supérieure provinciale des Soeurs de la Sainte-Famille de Bordeaux, soeur Arlette Mbalanda, a rappelé le lien historique entre la congrégation fondée par le vénérable Bienvenu Noailles et celle de son ami Eugène de Mazenod. Sans plus d’explication, soeur Arlette Mbalanda a juste signalé que le supérieur général des Oblats est présent à l’ouverture du Chapitre général des Soeurs de la Sainte Famille de Bordeaux. Cette présence symbolique porte tout le poids de l’histoire.

Le lien est historique. On peut le lire ici :

La relation fraternelle entre les deux congrégations remonte à une longue histoire, du temps de leurs fondateurs respectifs. Le vénérable Bienvenu Noailles l’avait obtenu de saint Eugène de Mazenod. L’abbé Noailles “mourut  le 8 février 1861 et Mgr de Mazenod devint alors directeur général de l’association de la Sainte-Famille, représenté à Bordeaux par le père Bellon”

Il y a eu une affiliation. Jusqu’au Concile Vatican II, le supérieur général des Oblats était “directeur général” de la congrégation des soeurs.

En mission, les Soeurs de la Sainte Famille ont souvent suivi ou accompagné l’implantation des Oblats. En 1948, deux soeurs de la Sainte Famille sont ainsi arrivées à Kilembe, à la demande de Mgr Bossart (Lire : RIBAUCOURT Jean-Marie, Evêque d’une transition. René Toussaint, Baobab, Kinshasa 1997, p. 113).