“Une page se tourne” avec la mort du père Kabongo

Chers confrères oblats de la République démocratique du Congo et d’Angola, une page de notre histoire particulière qui se tourne ici aujourd’hui s’ouvre sur celle où chacun de nous doit écrire et signer de sa propre main la suite de… notre histoire commune.

Le supérieur provincial du Congo, le père Joseph Ntumba, l’a déclaré le mardi 10 novembre à Kinshasa dans le mot de clôture de la messe célébrée pour dire “au revoir et non adieu” au père Benoît Kabongo, décédé le 5 novembre et enterré le 10 novembre à Marseille (France).

Le père Dominique Ndjoko a présidé la messe des funérailles à 10 h00 à Marseille. A Kinshasa, Mgr Louis Mbwol a présidé la messe à 16h00 dans la chapelle du scolasticat saint Eugène de Mazenod à Kintambo.

Le supérieur provincial a remercié la nombreuse participation des oblats et des amis et parents du défunt. Et de nombreux prêtres et religieuses et religieux.

Le père Ntumba a rendu hommage au premier provincial autochtone de la province du Congo (1992-1995) mais surtout au formateur que Benoît Kabongo aura été depuis l’aube de sa vie sacerdotale. Il a été enseignant, formateur ou recteur à Kalonda, Ipamu, Ifwanzondo, Laba, Kinshasa, Maroua (Cameroun) et Rome (Italie).

Le père Ntumba a remercié en particulier Mgr Louis Mbwol, aîné des oblats congolais, qui a présidé l’eucharistie et que les Oblats congolais regarderont en particulier en 2021 alors qu’il célébrera ses 90 ans d’âge et que la congrégation célébrera les 90 ans de la présence oblate au Congo.

Stanislas Ntumba, neveu du père Kabongo, à remercié la congrégation des Oblats de Marie Immaculée à qui appartenait le défunt et qui lui a assuré les meilleurs soins possibles depuis 2017. “Benoît n’appartenait plus à sa famille biologique ou il avait tellement élargi cette famille que l’on souriait lorsqu’il nous présentait ses visiteurs comme membres de notre famille”.

Des souvenirs et des hommages divers auront été rassemblés dans l’homélie prononcée par le père Abel Nsolo, ancien supérieur provincial et ancien secrétaire du provincial Benoît Kabongo (1992-1995). Le témoignage du père Nsolo a rappelé des traits du don total de Benoît Kabongo pour l’Eglise et la congrégation. Benoît Kabongo lisait sa souffrance dans celle du Christ, et il a reconnu le Seigneur dans les pauvres. Le père Nsolo a exhorté l’assemblée à entretenir la mémoire de l’illustre disparu notamment en venant soutenir la Fraternité de la Sainte Famille, fondée par le père Kabongo dans en droite ligne du charisme de saint Eugène de Mazenod.

Benoît Kabongo était un père, un maître, un éducateur, un homme de cœur, a résumé le père Nsolo.

Une image poignante de la célébration eucharistique aura été celle des Missionnaires oblats présents dans la chapelle qui ont chanté le Salve Regina autour de l’autel et de la photo de leur confrère Benoît Kabongo. La tradition oblate aura été ainsi respectée qui remonte à saint Eugène de Mazenod.